LES HOMMES ET LES FEMMES DE QUALITÉ
FONT LES ENTREPRISES PERFORMANTES

Quels changements pour 2018 ?

Publié le 08/01/2018

Salaire, bulletin de paie, télétravail… Tout ce qui va changer pour les salariés en 2018

2018 sera une année de changements pour les actifs français, salariés comme indépendants.

 Smic

À partir du 1er janvier 2018, le salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) va être revalorisé de 1,24 %, contre 0,93 % au 1er janvier 2017. Le nouveau montant du Smic brut horaire sera donc porté à 9,88 € au 1er janvier 2018 (contre 9,76 € depuis le 1er janvier 2017) soit 1 498,47 € mensuels sur la base de la durée légale du travail de 35 heures hebdomadaires.

Suppression des cotisations

Un salarié au Smic touchera donc 20 euros de plus en janvier, puis 15 euros supplémentaires à partir d’octobre grâce à la revalorisation mécanique du salaire minimum et à l’exonération des cotisations chômage et maladie. Tous les salariés profiteront de cette suppression de cotisations (-3,15 %). En revanche, la CSG augmentera de 1,7 point pour l’ensemble des Français.

Les retraités ne bénéficiant pas de la suppression des cotisations, une partie d’entre eux (les pensions supérieures à 1.199€) verront leur pension va baisser en raison de la hausse de la CSG.

 

 

Prélèvement à la source

La Direction générale des finances publiques (DGFiP) lance une campagne pour permettre aux entreprises de tester le dispositif du prélèvement à la source (PAS) pour son entrée en vigueur au 1er janvier 2019. Cette phase de test permettra notamment d’évaluer si le dispositif est efficace ou non, et s’il est simple à mettre en place

 

 

Un nouveau bulletin de paie simplifié

Le bulletin de paie simplifié sera généralisé à toutes les entreprises. Depuis un an, il était déjà obligatoire pour les entreprises d’au moins 300 salariés. Le changement le plus significatif consiste à regrouper en 5 rubriques les lignes relatives aux cotisations de protection sociale : maladie, accidents du travail et maladies professionnelles, retraite, famille et chômage.

Télétravail

A partir du 1er janvier 2018, les chefs d’entreprise auront l’obligation de justifier leur refus en cas de demande de télétravail par le salarié.

 

 

Congé de mobilité 

Afin d’aider les salariés qui le souhaitent à se reconvertir, tous auront désormais accès au congé de mobilité. Concrètement, durant une période donnée, le salarié pourra demander à sortir de l’entreprise tout en restant protégé socialement, il s’agit d’une forme de mise entre parenthèse de son contrat de travail.

Rupture du contrat de travail et licenciement

A partir du 1er janvier 2018, les indemnités prud’homales en cas de licenciement « sans cause réelle et sérieuse » seront désormais plafonnées. Seuls les cas de harcèlement et de discrimination ne rentreront pas dans le champ d’application.

Un modèle de lettre de licenciement sera mis à disposition des entreprises, afin d’aider les dirigeants, notamment des TPE, à expliquer pourquoi ils souhaitent se séparer d’un salarié. Pour le salarié, cette lettre devrait leur permettre une meilleure compréhension de leur licenciement.

Dans le but de favoriser les reconversions, les ruptures de contrat de travail d’un commun accord vont également aussi être facilitées.

Tous à vélo !

Les entreprises de plus de 100 personnes auront à présenter un « plan de mobilité » concernant leurs salariés. Une mesure imposée par la loi sur la transition énergétique. L’objectif est de favoriser les modes de déplacement doux, comme le vélo par exemple, et limiter l’empreinte environnementale de l’entreprise.

Indépendants

Les indépendants verront leur régime social progressivement intégré au régime général. Plus précisément, l’appellation « régime social des indépendants » a disparu depuis ce 1er janvier, mais l’intégration du RSI au régime général de Sécurité sociale se fera sur deux ans. L’objectif est d’améliorer la qualité de service, simplifier des démarches. Les indépendants bénéficieront également de deux baisses de cotisations (-2,15 points sur les cotisations famille, et exonération accrue des cotisations d’assurance maladie et maternité).

 

Fonctionnaires

Le jour de carence en cas d’arrêt maladie est rétabli pour les fonctionnaires. L’arrêt maladie sera désormais rémunéré à partir du deuxième jour.

 

Source : https://www.regionsjob.com/actualites/salaire-bulletin-de-paie-teletravail-tout-ce-qui-va-changer-pour-les-salaries-en-2018.html?utm_source=newsletter_candidat&utm_medium=email&utm_campaign=newsletter_candidat