LES HOMMES ET LES FEMMES DE QUALITÉ
FONT LES ENTREPRISES PERFORMANTES

Bien-être au travail : des pistes d’action

Publié le 19/01/2017

Quelle stratégie de prévention des risques psychosociaux mettre en œuvre ? Pour faire le point, le ministère du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique, en partenariat avec Le Cercle de l’humain de L’Expansion, a organisé à Lyon, la première de quatre conférences animées par Isabelle Hennebelle, fondatrice du Cercle de l’humain et journaliste à L’Expansion. Ces conférences visent à promouvoir les bonnes pratiques en matière de politique antistress via des témoignages de DRH, de partenaires sociaux, de médecins du travail et d’experts du ministère.

Mondialisation, chômage de masse, financiarisation de l’entreprise, recul du collectif… “Face à la montée des facteurs anxiogènes, la recherche du bien-être au travail devient une priorité. D’autant qu’il favorise l’efficacité”, affirme Henri Lachmann, président du conseil de surveillance de Schneider Electric et coauteur d’un rapport sur le sujet remis à François Fillon. “Les risques psychosociaux reflètent une évolution sociologique lourde, estime Jean-Denis Combrexelle, directeur général du travail. Les entreprises commencent à réaliser que la performance sans le bien-être des salariés mène à une impasse.”

 

 

Une souffrance due au manque d’écoute :

“La souffrance d’un salarié s’explique aussi par le fonctionnement de l’organisation du travail et le manque d’écoute”, relève Eric Gouzy, médecin du travail au Groupe Casino. Agir est urgent. Pour autant, “il n’y a pas de formule magique, souligne Hervé Lanouzière, conseiller technique à la sous-direction conditions de travail de la Direction générale du travail. A chaque entreprise d’engager une concertation afin d’adopter une approche globale au plus près de ses besoins.”

Les conseils pratiques d’Hervé Lanouzière, en images:

Premier axe d’une stratégie sérieuse : “Etablir un diagnostic partagé avec toutes les parties prenantes de l’entreprise”, estime Yves Grasset, directeur scientifique des cabinets VTE et IAPR, spécialisés dans les risques psychosociaux. Bien mené, ce préalable doit conduire à un plan d’action “simple et concret, pour être suivi d’effet”, conseille Hervé Lanouzière.

Les recettes d’Yves Grasset, en images:

La formation des managers est un autre point crucial du dispositif, selon Pierre-Henri Deresse, DRH du Crédit agricole-Loire-Haute-Loire : “Nos managers n’étaient pas assez formés à la conduite des hommes, ce qui générait parfois une distance vis-à-vis des attentes de leurs collaborateurs.” Il faut donc repenser les méthodes d’évaluation, car, “si l’on évalue sur les seuls critères financiers, on aura des conduites uniquement financières”, a souligné Henri Lachmann. Au Groupe Casino, “un indicateur de performance sociale dans la fixation des objectifs et des rémunérations variables a déjà été introduit pour le top management”, explique Annie Ayel, la chargée de mission santé et sécurité au travail.

Quatrième et dernier axe : il faut accompagner le changement, qu’il s’agisse de plans sociaux, de restructurations ou d’un déménagement. Le bien-être en entreprise se travaille au quotidien.

CPF et Bilan de compétences : les nouvelles dispositions 2020 : Serons-nous tous ingénieurs ?