LES HOMMES ET LES FEMMES DE QUALITÉ
FONT LES ENTREPRISES PERFORMANTES

Vie au travail

L’art de parler en public : 6 leçons inspirées des conférences TED

Certains y parviennent aisément. D’autres ont beaucoup plus de mal, et craignent ce moment : parler en public avec brio et capter l’attention d’un auditoire n’est pas donné à tout le monde. La bonne nouvelle, c’est que cela s’apprend. Pour progresser, il faut oser. Les «TED» (Technology, Entertainment et Design), en sont un très bon exemple, vous pouvez vous en servir et vous en inspirer. Voici quelques conseils :

 

  1. Parler en public n’est pas un don. Nul miracle n’existe en la matière. Seul constat: effectivement, certains ont davantage de facilités que d’autres, dès le départ, pour s’exprimer devant un public. Mais dans tous les cas, cela s’apprend et se perfectionne.
  2. Soyez authentique. Une prise de parole qui fonctionne est une prise de parole authentique, qui vous ressemble. Et pour être authentique, il ne faut pas chercher à jouer un rôle qui ne nous correspond pas, à se représenter autrement que ce que l’on est. S’assumer et cultiver les points forts de sa personnalité – y compris sa timidité – est la meilleure des méthodes!
  3. Ne délivrez qu’un message. Résumer sa réflexion en un seul message est compliqué. La tentation est grande de s’égarer, de digresser vers d’autres sujets… Pourtant, une bonne prise de parole nécessite de se concentrer sur un seul message, original, singulier, que vous êtes le seul à pouvoir porter. Posez-vous la question suivante: s’il vous restait 15 minutes à vivre sur cette terre, quel message souhaiteriez-vous transmettre?
  4. Jouez sur les émotions. Pour qu’une prise de parole soit efficace, il faut stimuler le public et capter son attention. Pour ce faire, rien de plus efficace que de jouer sur le pathos. Il faut également mettre en scène son message, lui donner du relief.
  5. Maîtriser son temps. Les 30 premières secondes de votre prise de parole sont capitales. II faut les construire autour d’une idée forte pour interpeller l’auditoire. Vous devez maîtriser parfaitement ces 30 premières secondes… ainsi que la conclusion qui est également à apprendre par cœur. Une prise de parole doit avoir un vrai point final. À bannir: finir une intervention en s’éparpillant…
  6. La répétition. Cette dernière clé de la prise de parole en public rejoint la première. «Répétez, répétez, répétez, insiste Michel Lévy-Provençal. J’encourage les participants des TEDx à faire leur prise de parole au moins trois fois devant une audience (famille, amis) avant le jour J.»

 

Source : http://www.lefigaro.fr/entrepreneur/2017/02/13/09007-20170213ARTFIG00007-l-art-de-parler-en-public-6-lecons-inspirees-des-conferences-ted.php

 

Vie au travail

Bien-être au travail : des pistes d’action

Quelle stratégie de prévention des risques psychosociaux mettre en œuvre ? Pour faire le point, le ministère du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique, en partenariat avec Le Cercle de l’humain de L’Expansion, a organisé à Lyon, la première de quatre conférences animées par Isabelle Hennebelle, fondatrice du Cercle de l’humain et journaliste à L’Expansion. Ces conférences visent à promouvoir les bonnes pratiques en matière de politique antistress via des témoignages de DRH, de partenaires sociaux, de médecins du travail et d’experts du ministère.

Mondialisation, chômage de masse, financiarisation de l’entreprise, recul du collectif… « Face à la montée des facteurs anxiogènes, la recherche du bien-être au travail devient une priorité. D’autant qu’il favorise l’efficacité », affirme Henri Lachmann, président du conseil de surveillance de Schneider Electric et coauteur d’un rapport sur le sujet remis à François Fillon. « Les risques psychosociaux reflètent une évolution sociologique lourde, estime Jean-Denis Combrexelle, directeur général du travail. Les entreprises commencent à réaliser que la performance sans le bien-être des salariés mène à une impasse. »

 

 

Une souffrance due au manque d’écoute :

« La souffrance d’un salarié s’explique aussi par le fonctionnement de l’organisation du travail et le manque d’écoute », relève Eric Gouzy, médecin du travail au Groupe Casino. Agir est urgent. Pour autant, « il n’y a pas de formule magique, souligne Hervé Lanouzière, conseiller technique à la sous-direction conditions de travail de la Direction générale du travail. A chaque entreprise d’engager une concertation afin d’adopter une approche globale au plus près de ses besoins. »

Les conseils pratiques d’Hervé Lanouzière, en images:

Premier axe d’une stratégie sérieuse : « Etablir un diagnostic partagé avec toutes les parties prenantes de l’entreprise », estime Yves Grasset, directeur scientifique des cabinets VTE et IAPR, spécialisés dans les risques psychosociaux. Bien mené, ce préalable doit conduire à un plan d’action « simple et concret, pour être suivi d’effet », conseille Hervé Lanouzière.

Les recettes d’Yves Grasset, en images:

La formation des managers est un autre point crucial du dispositif, selon Pierre-Henri Deresse, DRH du Crédit agricole-Loire-Haute-Loire : « Nos managers n’étaient pas assez formés à la conduite des hommes, ce qui générait parfois une distance vis-à-vis des attentes de leurs collaborateurs. » Il faut donc repenser les méthodes d’évaluation, car, « si l’on évalue sur les seuls critères financiers, on aura des conduites uniquement financières », a souligné Henri Lachmann. Au Groupe Casino, « un indicateur de performance sociale dans la fixation des objectifs et des rémunérations variables a déjà été introduit pour le top management », explique Annie Ayel, la chargée de mission santé et sécurité au travail.

Quatrième et dernier axe : il faut accompagner le changement, qu’il s’agisse de plans sociaux, de restructurations ou d’un déménagement. Le bien-être en entreprise se travaille au quotidien.

Vie au travail

Pourquoi les Français changeraient-ils de poste ?

En 2014, des investigations permettant de répondre à cette question ont été menées auprès de 1002 salariés français par l’institut d’Etudes Politiques OpinionWay pour Monster WorldWide.

Cette étude révèle que l’ambiance régnant sur le lieu de travail est l’un des éléments les plus prépondérants dans le choix d’un investissement sur le long terme, notamment en Ile-de-France.

actu

Néanmoins, il apparaît que les conflits avec les supérieurs influencent moins les décisions de départ que la rémunération et autres avantages proposés par l’entreprise. En effet 29% des répondants français et notamment 37% des répondants du Nord-Est évoquent pouvoir changer de poste pour des questions salariales.

La question de la mobilité reste un élément essentiel puisque 13% des répondants pourraient quitter leur poste en fonction de sa localisation géographique.

Retrouvez cet article sur : www.chefdentreprise.com – « Motivation au travail : la bonne ambiance, priorité des salariés français » http://www.chefdentreprise.com/Thematique/management-rh-1026/management-10118/Infographies/Motivation-travail-bonne-ambiance-priorite-salaries-fran-ais-246576.htm

Vie au travail

Quelles tenues choisir pour le bureau quand il fait 40° à l’ombre ?

La question du code vestimentaire en entreprise est toujours matière à débat, surtout quand la température grimpe pour annoncer l’arrivée tant attendue de l’été. Alors comment se vêtir ?

Voici quelques conseils :actu

Quelles matières ?

Il faut privilégier les matières naturelles et éviter les matières qui ne respirent pas telles que le polyester. Le coton, le lin et laine sont des matières qui permettent des échanges thermiques et retiennent la fraîcheur en été. Étonnamment la laine peut être portée en période de grande chaleur, il faut simplement opter pour un vêtement de tissage fin.

Quelles tenues pour les femmes ?

Contrairement aux hommes, les femmes ont la chance d’avoir une large gamme de choix en ce qui concerne les tenues vestimentaires. Notamment les sélections de robe, jupe, combinaison, pantalon en coton. Il faut bien entendu éviter les tenues trop dénudées ou tenues « de plage », même en période de canicule.

Et quel Dress code pour les hommes ?

Selon l’activité professionnelle, le costume est très souvent de rigueur. Il existe heureusement des costumes d’été qui sont cousues dans les matières naturelles. Dans l’absolu nous vous conseillons des costumes en coton qui ne se froissent pas facilement et respirent très bien. Et si le costume n’est pas obligatoire mais la veste oui, choisissez des vestes sans ‘padding’ c’est-à-dire sans rembourrage ce qui va alléger votre silhouette. Quant aux pantalons à éviter : le jean car trop épais.

Quelques accessoires utiles :

Faciles à transporter et parfaits pour se rafraîchir rapidement au bureau, pensez aux vaporisateurs d’eaux et aux lingettes de toilette.

Et qu’en est-il de la loi ?

La liberté de se vêtir n’est pas protégée par des textes de loi. De ce fait l’employeur a le pouvoir de limiter les droits de ses employés si cela concerne la sécurité ou si le salarié est en contact avec une clientèle dans l’exercice de ses fonctions.

Source : www.challenges.fr

Vie au travail

La Qualité de vie au travail, bien plus qu’un simple gadget !

La qualité de vie au travail, sur quoi a-t-elle un impact ?

  • pour 96% des salariés, leur engagement, l’ambiance de travail et les relations professionnelles
  • pour 95% des salariés, la qualité du travail réalisé
  • pour 94% des salariés, la santé des salariés
  • pour 91% des salariés, la productivité

Selon une étude réalisée en 2013 par l’ANACT (Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail) auprès d’un échantillon de 1001 salariés actifs et occupés de 18 ans et plus, la qualité de vie au travail est un concept auquel de nombreux salariés sont sensibles. En effet, seul 1% d’entre eux associent la qualité de vie à un « gadget ».

 

La « qualité de vie au travail » est un concept vaste

Pour 64% des répondants, la bonne qualité de vie au travail est véhiculée par le respect, pour 58% elle est liée à la reconnaissance et enfin, pour 46% des répondants, elle est influencée par l’épanouissement.

La satisfaction professionnelle, engendrée par la bonne qualité de vie au travail, dépend essentiellement de l’intérêt que le salarié porte à son travail pour 37% des répondants, de la reconnaissance qu’ils obtiennent (84%) et des conditions de leur environnement physique de travail (83%). L’organisation du travail et les relations avec le management sont essentielles pour 82 et 80% des personnes interrogées.

Dans l’état d’esprit environnant, il n’est pas étonnant de constater que la bonne qualité de vie résulte également d’un bon équilibre entre vie privée et vie professionnelle pour 86% des salariés. Les moments de convivialité en entreprise restent moins déterminants puisqu’ils influent pour 61% des salariés dans leur perception de la bonne qualité de vie au travail.

(Source:http://www.tns-sofres.com/publications/les-francais-et-la-qualite-de-vie-au-travail)

Vie au travail

Le télétravail, kesako ?

teletravail1Le télétravail est né dans les années 70 et se pratiquait surtout via le téléphone et le fax. En France, il est suscité par les pouvoirs publics pour ainsi développer un mode d’aménagement du territoire (attirer de nouveaux actifs, développer les nouvelles activités liées aux TIC ou encore éviter un déplacement massif des populations vers les zones urbaines). Il permet d’exercer une activité en dehors des locaux habituels et est rendu possible grâce au développement des nouvelles technologies et du changement économique (mondialisation, internet, téléphonie mobile, ordinateur portable…).

Essayons de comprendre selon différents points de vue ce que le télétravail permet concrètement d’apporter. Lire la suite